titre


le trajet d'aujourd'hui : Bordeaux, Paris, Orly.


  • Ce matin je fait mon sac à dos bourré à ras avec la tente et le matelas autogonflant, ainsi que mon petit sac à dos. Je pèse tout ça et j’arrive à un total de 17 Kg ce qui est assez pour la limite de poids dans la soute de l’avion. Tout est prêt même les sandwichs pour ce soir à l’aéroport. 16h30 c’est le grand départ, direction avec mes parents la gare de Bordeaux, nous arrivons avec 20 minutes d’avance et je m’installe dans le TGV, mes bagages sont à l’entrée de la rame sur des casiers exprès. Je me suis emmené 2 Marianne à lire pour le trajet, et c’est parti, un dernier petit au revoir à papa, maman et 2 semaines de vacances qui me tendent les bras. La nuit commence à tomber quand le train démarre de Saint-Jean, j’ai un jeune à côté de moi sûrement un étudiant car il bosse sur des exercices avec le baladeur mp3 sur les oreilles. Le voyage se passe sans encombres et nous arrivons à Paris-Montparnasse à 21h30, évidement le temps n’est pas de la partie et il bruine sur Paris, je quitte direct la gare pour aller à l’arrêt de bus à 300m. 10 minutes à peine et mon car Air France arrive pour Orly-Sud, il n’y a personne dans le car et je monte en compagnie d’un couple qui part pour la République Dominicaine en voyage de noces, très sympas. Un jeune black monte aussi, manifestement il connaît bien la conductrice du bus car ils n’arrêtent pas de blaguer tout le long du trajet et elle le dépose à mi-chemin sur son parcours. Nous arrivons à l’aéroport en se souhaitant bon voyage chacun et une bonne fin de soirée à la conductrice. Quel aéroport !! C’est la première fois que je vais à celui d’Orly et il me parait bien grand bien qu’il n’y aie pas grand monde car il est 23h00, je fais le tour du propriétaire pour voir un peu la marche à suivre pour demain matin et je demande à une employée de m’expliquer comment tout cela fonctionne, ce qu’elle fait très gentiment, elle me donne aussi une combine pour payer moins cher les sandwichs. Je m’installe sur des banquettes à l’étage de l’aérogare en face des pistes pour commencer à manger. Une faim me prend le ventre et je dévore tout ce que j’ai préparé et je me garde quelques biscuits et de l’eau pour mon arrivée à Athènes demain matin au cas où.