le trajet d'aujourd'hui : St Martial, Tours, Rouen, Calais, Douvres, Londres, Liverpool.


  • Christophe est arrivé hier soir, afin de préparer la voiture, cette année pas de mystères on prend ma 206, j’ai un trop mauvais souvenir financier de la Scandinavie en laguna essence 16v, l’année dernière !!! Au moins la mienne c’est un petit diesel 1.4HDI, peut être moins confortable que la laguna mais bien plus économique. On n’oublie pas la tente pour Paskal, et le matelas double place que Christophe a acheté l’année dernière à Leeuwarden aux Pays-Bas quand on avait crevé l’autre. Le coffre est rempli de bouffe pour tout le voyage, avec les sacs je me demande bien comment on va faire entrer Paskal et ses affaires, on va devoir laisser des choses en route. On décolle ce matin de Saint Martial, il est 07h00, on a le ferry à Calais à 19h45, il faut y être 1 heure avant l’embarcation, et d’après mappy.fr 10 heurs de trajets devraient suffirent pour relier Calais. En principe ça devrait coller, pour ne pas se refaire la frayeur du ferry de Zeebrugge pour le voyage en Ecosse il y a 3 ans. Une collègue de boulot m’a conseillé il y a 2 semaines de passer par Rouen et la voie rapide qui longe la côte jusqu’à Boulogne, elle m’a dit que c’était pas plus rapide que la A1, mais il y a beaucoup moins de trafic, c’est ce que Christophe et moi allons faire. Je tiens à conduire jusqu’à Calais car après c’est Chris qui va prendre le volant, depuis l’Ecosse il est devenu un expert de la conduite à gauche !!! De Bordeaux jusqu’à Tours le voyage se fait sans soucis, nous avons averti Paskal de notre départ et rendez-vous dans 5 jours à Limerick. On quitte l’autoroute à Tours et on s’arrête peu après Le Mans pour becter les sandwichs qu’on s’est préparé hier soir, il fait vraiment bien bon aujourd’hui pour conduire, pas trop chaud pour n mois de juillet. Arrivé à Rouen, on se perd dans cette ville, impossible de retrouver la route pour Abbeville et Boulogne. Un coup on se retrouve au Grand Quevilly, après tourne au Petit Quevilly, on revient dans Rouen même !! quelle galère, et un peu au pif j’arrive a rattraper la bonne route il va falloir se souvenir au retour que c’est la belle m… à Rouen, mais même avec cet petit retard j’ai l’impression d’avoir pas mal d’avance sur l’horaire prévu. Effectivement cette autoroute A16 de la côte n’est pas très fréquentée et je mets 2h00 pour rejoindre Calais, il est 16h30 quand nous arrivons, le temps de faire le plein d’essence (les pompes sont au sous sol) dans un immense Carrefour, nous rejoignons la gare maritime de Calais avec presque 3 heures d’avance sur l’horaire prévu (19h45), tout le contraire de Zeebrugge, je me souviens que la collègue m’avait dit que si on arrivait avec pas mal d’avance sur l’heure prévue, il était possible de prendre le prochain ferry qui partait même si on n’avait pas réservé pour celui-là. En demandant au guichet de P&O Ferries s’il était possible de prendre le prochain ferry de 17h30 au lieu de celui de 19h45, ça nous arrangerait bien, surtout que l’on a la traversée de l’Angleterre dans la foulée. Bingo !! Aucun souci c’est possible, voilà comment gagner 3 heures sur un voyage. Nous montons dans le ferry et nous voilà partis pour 1 heure de traversée de la Manche,

    il fait un temps superbe à peine quitté le port de Calais que l’on aperçois au loin les falaises de Douvres. Mais le plus impressionnant à voir reste l’épais nuage gris marron des échappements des bateaux qui couvre toute la largeur de la Manche.

    Les falaises anglaises se rapprochent, en effet un mur blanc se dresse devant nous, et mon imagination me travaille, je pense aux batailles franco-anglaises qu’il y a eu ici et à l’émotion des chevaliers de l’époque en voyant ce mur blanc.

    Durant la traversée Christophe achète pour la voiture des autocollants à placer sur les phares de la voiture pour ne pas éblouir ceux qui arrivent en face, il parait que c’est obligatoire. Nous arrivons à Douvres il est toujours 17h30 (avec le décalage horaire) et maintenant à Christophe de jouer au volant, les 1ers kilomètres sont les plus durs, mais je trouve qu’il n’a pas perdu grand-chose de la conduite à gauche, il a dû s’entraîner dans les rues de Auch !!! Nous prenons l’autoroute direction Londres et son immense périphérique. Quelques kilomètres après s’être engagé dessus nous passons dans un tunnel (sûrement sous la Tamise), il y a beaucoup plus de monde que prévu, je redoute la débauche. J’ai un gros coup de barre et je me tape un petit somme de Londres jusqu’à Derby et évidement quand je me réveille la nuit est tombée, nous nous arrêtons sur une aire d’autoroute pour finir nos sandwichs et aller vidanger la vessie aux wc d’une grande galerie marchande à proximité. La fin du parcours se fait sous une petite pluie fine jusqu’à Liverpool, ha !! Cette ville mythique pour beaucoup, évidement les Beatles, comme Christophe et moi sommes des fans absolus des 4 garçons dans le vent on se prévoit une petite visite de la ville au retour, mais aussi Anfield Road, on entend encore Steven Gerrard faire trembler les filets !!! Il est minuit quand nous nous garons dans une petite rue adjacente à la gare maritime de cet immense port, vraiment c’est tout bon, on va pouvoir dormir un peu et récupérer de la journée, et dire qu’initialement nous devions faire la route toute la nuit et arriver ici vers 3 - 4 heures du matin …. Comme ça demain matin on sera prêts pour embarquer, pas besoin de chercher. Pour moi la nuit fût très bonne, j’ai dormi comme un loir dans la voiture, mais Christophe ne peut pas en dire autant, il n’a pas fermé l’œil de la nuit et tout courbaturé, en plus il a eu froid …