le trajet d'aujourd'hui : Alford, Aviemore.


  • Nous quittons Alford et son super camping et nous traversons la région des Cairngorms par de petites routes champêtres pour relier Aviemore la ville principale de la région, c’est en fait une station de ski pendant l’hiver. Le temps n’est pas terrible car il fait toujours aussi frais et humide.

    Nous nous garons derrière la gare et nous visitons la maison du parc national des Cairngorms et nous en profitons pour demander quelques renseignements sur des randos et des campings dans le coin. La faim nous prend au vendre et nous nous faisons un petit plaisir en se prenant un fish & ships bien chaud et bien gras !! Mais ça nous calle bien aussi !! Nous trouvons aussi le camping assez facilement à proximité du loch Morlich, on s’installe près d’une table de pique-nique et on part se balader le long du loch Morlich et dans le parc forestier de Glenmore, nous trouvons près du loch un nid de bolets orangés (pibles) nous hésitons à les ramasser pour les faire cuire ce soir car la dernière fois avec le cèpe à Galashiels rien que la cuisson du cèpe nous avait vidé la bouteille de gaz. Donc on les laisse sur place mais évidement aucun écossais ne ramassera de champignon. Le loch Morlich est d’un noir intense et tous les ruisseaux qui s’y déversent sont de couleur noir brunâtre, c’est bizarre car le sol n’est pas noir pour autant, on se fera expliquer que c’est dû à un incendie de forêt qui a eu lieu récemment et qui colore l’eau des ruisseaux.

    La forêt du parc de Glenmore est constituée de conifères et de plantes acidophiles telles les bruyères et autres.

    Nous revenons au camping vers 17h30 et tout le monde commence à manger sans que nous comprenions pourquoi même des personnes se baladent avec une moustiquaire sur la tête, étrange …. Mais nous allons vite comprendre pourquoi ? bien sûr nous sommes les seuls à manger vers 19h00 et un nuage de petits insectes minuscules plus petits que des moustiques s’abat sur nous, quelle folie, c’est une horreur !!! Impossible de s’en défaire nous mangeons aussi vite que possible, ça pique en laissant des points rouges sur la peau et ça gratte terriblement !!! On n’a jamais vu ça auparavant personne ne nous a prévenu et nous sommes les seuls dehors dans le camping !! Pour ce qui est de la vaisselle on verra demain matin et direction la tente à toute vitesse. Quelle surprise quand on s’aperçoit que ces bestioles arrivent à passer entre les mailles de la moustiquaire de la tente !! Horreur il en arrive partout, on continue à se faire piquer au niveau de la tête et dans les cheveux, c’est pas tenable on se fourre la tête entière dans le duvet, la nuit se résume à la galère et le matin miracle plus de moustiques qui nous agressent, il en reste juste quelques dizaines collés sur la paroi intérieure du double toit de la tente. Ces bestioles s’appellent des ‘midges’, nom à retenir.