07 avril 09

le trajet d'aujourd'hui : Arcos de la Frontera, El Bosque, Ubrique, Benaocaz, Villaluenga del Rosario, Grazalema.


  • Je me lève ce matin à 08h00, j'ai vraiment bien dormi et fait assez rare : j'ai pas bus cette nuit, pourtant hier soir j'avais bien salé les nouilles !! Pour déjeuner je pique la table en fer de la caravane voisine car ils sont pas là.

    Le temps est nuageux vers l'est mais à part ça c'est encore un grand ciel bleu, 11°C. La toile de tente est sèche, je vais me faire le plein d'eau du jerrican. Je décolle à 09h00, le plein d'essence à Arcos et une visite vraiment rapide de cette ville blanche qui est construite tout le long d'une crête rocheuse, bien sûr je grimpe à pied jusqu'en haut façon de se dégourdir les guiboles.

    Et maintenant direction El Bosque, mais une chose m'inquiète : la sierra est recouverte de gros nuages sombres, rien de bien encourageant. Je passe par Prado el Rey, rien de bien incroyable et j'arrive rapidement à El Bosque, je m'y arrête car il parait qu'il a un jardin botanique à voir. Si il est comme celui de Cordou je risque d' être déçu. Je me traverse à pied tout le village car le jardin se trouve dans la partie haute du bourg, tiens ici ils plantent des citronniers comme arbres d'alignement !!!

    J'en profite pour m'acheter de la pâtisserie locale : un gâteau à la farine complète et des sortes de gâteaux secs en forme de ressort. Bon le voilà le jardin botanique, il a été réalisé et entretenu par des amoureux du Parc Naturel de los Alcornocales, il étale la flore locale d'Andalousie et de la Sierra par strates bien distinctes : la strate du pinsapo, strate du chêne vert, strate du chêne liège, strate du chêne rouvre, ...

    Quel régal, je prend mon pied !!! Ce jardin est super bien réalisé, ça c'est un jardin botanique !!!! aucune espèce ne sort du contexte ou est superflu, la flore vie dans un milieu naturel, point de désherbage chimique, pas de taille à l'emporte pièce, ... Génial, 13h00.

    Je reprend la route et je mange un peu avant Ubrique que je ne visite pas car les "Pueblos Blancos" je commence a en être saturé !!!!

    La route qui monte vers Benaocaz est grandiose, elle serpente dans un paysage minéral taché de quelques espaces de verdure, un avant goût du Torcal ? j'espère.

    D'ailleurs je pars faire une petite rando le long de la rivière asséchée en contre bas de Benaocaz, cette rando n'est pas bien longue mais elle a une superbe ouverture sur ce paysage.

    17h00 je fais le retour de la rando dans le lit de la rivière asséchée et impossible de remonter au chemin piétonnier, la végétation est trop dense sur les bords, j'arrive quand même à remonter au prix de pas mal de griffures de ronces ... Je tire ensuite vers Villaluenga, si la route nord (celle d'hier) des "Pueblos Blancos" a de moins beaux paysages mais plus de jolis villages, je trouve que la route sud c'est tout le contraire. Me voilà à Villaluenga, au lieu de visiter le village, je m'en vais gambader dans la caillasse de la montagne en tennis? non franchement il y des vues à couper le souffle !!

    et bien sûr je me ramasse une pelle en glissant sur un rocher, résultat des courses : 2 beaux bleus au tibia gauche, ça m'apprendra à partir en tennis, ... ce soir ça va être séance arnica.
    Comme c'est signalé dans le guide, le paysage reverdit vers Grazalema, exact, d'ailleurs c'est plus des chèvres mais des vaches dans les près. Grazalema c'est le village le plus arrosé d'Espagne, un comble que ce soit un village andalou qui détienne se record. J'y reste à peine 1/2 heure, mare des villages blancs, peux plus les voir en peinture !!!!

    14°C, le vent commence à se lever, il est 18h30, en redescendant le col un espagnol veut me doubler sans visibilité, 3 voitures arrivent en fac, il arrive à se rabattre juste devant moi. Je me trouve un petit coin vraiment sympa pour la nuit au milieu des ruches, des chênes lièges et des lavandes papillon, les abeilles n'ont pas intérêt à se réveiller cette nuit !!!! Il est 19h00, j'ai le temps, je vais faire un petit tour dans le maquis à la découverte d'une petite rivière à 100m de la tente.

    Avant qu'il ne fasse nuit : apero et repas : la gamelle pleine de semoule, j'ai une faim de loup ce soir !!! avec le reste de viande à bouillir et des saucisses, un bouillon (ça réchauffe bien avec ce vent. Et je goutte le gâteau à la farine complète que j'ai acheté ce matin à El Bosque, c'est trop bon.

    A 21h00 je me lance dans la fastidieuse tache d'écriture de cartes postales, je vais le faire en 2 fois car j'en ai quand même 16 à envoyer, pour ce soir ce sera les plus présentes. Je termine il est 23h30 pour un premier voyage de 9 cartes, j'en peu plus, enfin non j'en ai plutôt marre qu'autre chose, je redoute déjà la deuxième fournée de cartes ... J'ai un de ces mal au dos, à force de rester courbé sur le siège de la voiture, et les piles de la frontale qui donnent des signes de faiblesse, comme moi !!! Il est grand temps que je parte me fourrer dans le duvet. Il fait quand même frais ce soir, c'est vrai qu'on est à 800m d'altitude, j'enfile le lycra haut et bas en plus du pyjama.