09 avril 09

le trajet d'aujourd'hui : Fuente de la Piedra, Antequera, Parc Naturel "El Torcal", Alhama de Granada, Grenade, Lanjaron, Orgiva, Los Tablones.


  • Voilà une bonne nuit, je me lève à 08h00, il fait 8°C. J'ai un doute mais il me semble que la tente est trempe, évidement la tente est bien trempe ... 1er truc en me levant je met à sécher le double toit sur un olivier au soleil, par contre je suis gaté niveau météo : grand ciel bleu. Je me prépare un thé caramel pour le ptit dèj. Je décolle à 09h00, je suis tellement bien planqué dans l'oliveraie que je me suis perdu, je n'arrive pas à retrouver le chemin d'accès. Une fois passé Antequera, j'arrive au pied d'un grand plateau calcaire (20 km2) qu'est le parc naturel "El Torcal de Antequera", c'est pas très bien indiqué car il faut prendre direction Villanueva de la Conception puis voir le petit panneau 'Torcal" à droite de la route,la petite route monte en corniche sur une forte pente, je ne pensais pas que c'était si haut, après le camping monter toujours tout droit. Me voilà au centre d'accueil du parc à 10h30 il n'y a pas grand monde sur le parking, je me prend un polaire au cas où et de quoi becter. J'ai déjà eu un petit aperçus des paysages que je vais voir en montant ici, je pressent un moment inoubliable !!! Je demande à la maison du parc le temps qu'il va faire : pas un nuage, mais en montagne ça peut changer très vite. 2 chemins s'offrent à moi pour randonner sur le site : le vert (3/4h) et le jaune (2h) plus long mais pas plus dur, c'est donc ce dernier que je vais prendre. J'entre de plein pied dans le bain de pierres, c'est indescriptible ce décors minéral, tout gris, on dirait des galettes superposées les unes aux autres, le tout en équilibre !!

    c'est lunaire, ces pierres se sont effritées pour former des colonnes de formes variées, un véritable désert, de quoi s'y perdre. Des vallées se sont formées où la végétation luxuriante a pu se développer, au plus grand bonheur de la faune avicole, c'est fou ce contraste de roche grise et morte avec cette vie si verte et abondante !!! Quel régal, un autre monde, un univers minéral, je suis cloué, c'est à peu près la même formation rocheuse que le Burren en Irlande, un des must de ce voyage à coup sûr !!! Y'a des colonnes on se demande comment elles tiennent debout, un mille-feuille gigantesque !!!! Il ne fait pas si chaud que ça, un gros 12°C, 13h00 je mange sur un rocher point de vue grandiose !!! C'est fou un type fait le parcours jaune en béquilles avec des potes car il a le genou en vrac. Une fois fini de manger sur mon perchoir, comme j'ai une vue d'ensemble du site, je me rend compte que beaucoup de monde arrive, j'ai bien fait de faire la balade ce matin. Voilà mon gars avec ses béquilles ... 14h00 je m'en vais, j'ai pas vu le temps passer, et quel monde !!!

    le parking est bondé et je vois la file de voitures, de bus garés au loin sur la route, et dire que ce matin on était 4/5 voitures ... Je me barre vite fait d'ici avant d'être pris dans le bouchon et je prends la direction d'Alhama de Granada, puré qu'il fait chaud !!! pourtant il ne fait que 21°C, j'arrive à Alhama pour visiter la citerne arabe de l'hôtel Balneario, la route qui y mène est peu carrossable, voilà les thermes. Bien sûr la grosse baise !!! car la visite de la citerne se fait uniquement le dimanche et le lundi de 14h00 à 16h00, et aujourd'hui on est jeudi ... donc c'est foutu. Il ne me reste plus qu'à reprendre ma route, il est 16h00 je me marre bien en écoutant les impostures de Lafesse. SFR m'appelle pour les points fidélité, je les envoie chier, suis en vacances, ils comprennent le message. Direction Grenade par l'autovia mais je ne fais que passer, je m'y arrêterai la semaine prochaine, je me perds dans une rue en travaux à Armilla. Je m'arrête à un supermarché pour prendre du beurre et du pain mais il est fermé comme le Liddle d'Antequera ce matin, Jeudi Saint oblige, comment ils font les gens si c'est fermé toute la semaine ? A longueur de journée je mange le plat favori des espagnols : les pipas !!! j'en ai le cendrier qui déborde de coquilles ...

    J'ai trop la flemme de passer par la vallée du Lecrin, tant pis et puis des champs d'agrumes j'en ai vu assez, tout comme les pueblos blancos ... Quand j'attaque la région de las Alpujarras j'ai comme l'impression que ça va être galère pour trouver un coin pour la nuit, jusqu'à Lanjaron la pente de la route attaque sec, c'est même pas la peine jusqu'à Orgiva les champs d'oliviers en terrasse sont comme toujours clôturés, je voudrais bien aller au bord de la rivière au fond de la vallée mais c'est inaccessible. Je me demande comment font les gens pour y aller, ça reste un mystère ... C'est la feria à Orgiva, quelle merde pour traverser le bourg, je passe le pont je me dis qu'en allant vers Motril la route descend, donc on va vers du plus plat, je suis obligé de faire 1/2 tour car j'ai le soleil plein fer dans les yeux, trop dangereux je ne vois plus rien, à tout moment je peux me mettre au ravin en plus je vois même pas ce qui arrive en face. Je reviens sur mes pas au village "Los Tablones" qui à l'air d'être un village dans le creux de la vallée, à l'entrée du bourg il y a une pinède en pente, je monte le chemin, parfait, je m'installe il est 19h30. La 206 au plus près de la tente car il y a de la civilisation pas loin. Impossible de planter les sardines, elles se tordent toutes de rire, je plante sommairement les 6 du double toit, elles tiennent à peine même enfoncées avec la massette, le terrain est très caillouteux.

    Le repas de ce soir : blé, bouillon, saucisses, gâteau local, pour une fois je finis de manger il fait encore jour !!! ça serait bien que j'en prenne l'habitude. Saint Martial m'appelle, ils m'apprenne un grave seisme en Itale y'a 3 jours : 200 morts. Il fait nuit, je vais couler un bronze à la frontale, 21h30 et 14°C ça s'est bien rafraichit, le ciel est étoilé comme toujours.