04 octobre 09

le trajet d'aujourd'hui : Milazzo, îles Eoliennes : Vulcano, Palerme.


  • Il a fait orage toute la nuit au large et à 07h30 quand je me lève, j'entends encore le tonnerre gronder. Pourtant il n'a plut que quelques gouttes cette nuit, je vais quand même pas m'en plaindre !!! Nous sommes dimanche et les chasseurs sont de sortie, c'est comme en France, le dimanche matin ça canarde dans les champs. La flemme de plier mon duvet, je le fourre direct dans mon sac à dos, on verra demain. Pour le p'tit dèj je mange quelques barres de céréales qui me restaient au fond du sac.
    Je mets les voiles pour Milazzo et les trottoirs sont trempés, il dû pleuvoir y'a pas longtemps alors qu'à San Pietro pas une goutte. Me gare derrière la station essence Agip (c'est gratuit) à 08h30. Le soleil à l'air de bien se lever, il fait déjà bien chaud mais le ciel est toujours hyper couvert vers les Éoliennes, on verra bien. J'enfile les chaussures de rando, car les terrains humides sur les zones géothermiques des volcans, je connais !!! Vulcano à l'air de ressembler à Krisuvik ou Namafjall au niveau ds fumerolles et d'après les photos que j'ai pu voir, alors prudence. Je me rends à Ustica.lines pour récupérer les tickets de la traversée pour Vulcano, et 09h30 arrive vite, c'est l'heure de l'embarcation sur le ferry, en attendant de monter, j'attends patiemment et des touristes français se font berner en achetant des grenades … pourries à l'intérieur.

    Me voilà parti pour l'île de Vulcano durant toute la journée. Pas grand monde dans le ferry, Il fait dejà très chaud et je regrette déjà de ne pas avoir pris le short, même si j'ai un pantacourt. En espérant que les îles portent bien leur nom et qu'il y aura du vent, et oui d'où vient le nom d' « Éoliennes » ? non non, ce ne sont pas des îles où se trouvent un nombre important d'éoliennes !!! Leur nom vient de la mythologie grecque, c'est dans cet archipel de 17 îles que le Dieu des vents 'Eole' est venu s'installer pendant la guerre de Troie. Quand Ulysse revint de cette guerre son bateau fut secoué par une violente tempête. Mais Éole lui donna une outre où étaient enfermés les vents contraires. Comme Éole le lui avait recommandé, Ulysse ordonna à ses compagnons de ne pas ouvrir l'outre. Malheureusement, ses compagnons voulurent voir ce que l'outre renfermait et l'ouvrirent ; les vents contraires s'échappèrent alors précipitamment et se déchaînèrent en tout sens. Ils perdirent le contrôle du bateau et revinrent à l'île d'Éole qui refusa la demande d'Ulysse de le faire repartir à Ithaque. C'est sur l'île de Vulcano qu'Ulysse rencontra le cyclope Polyphème et ses compagnons, forgerons légendaires au service de Dieu du feu 'Vulcain', Vulcano étant l'île où réside Vulcain et l'Etna la forge où il fabrique les armes de Zeus !!!! La mythologie, c'est toute une aventure !!!!!
    Revenons à des temps plus près de nous, c'est à dire aujourd'hui. J'ai lu sur le journal que Berlusconi était dans les parages aujourd'hui après la catastrophe de Messine, il va encore faire son cinéma et ses compassions de circonstance, … pauvre type … Allé c'est parti, le ferry va tellement vite que ça me met mal à l'estomac, à moins que ce ne soit la mer qui soit déchaînée, pas l'impression pourtant. Il se met à pleuvoir sévère sur les hublots du ferry, ça va promettre pour cette journée … 10h30, j'arrive au petit port de Porto di Levante sur l'île de Vulcano et il fait bien froid, de suite le volcan de l'île est impressionnant avec ses fumerolles au sommet qui s'échappent,

    en tournant un peu dans le village je constate qu'il a bien plu ce matin car les routes son inondées. On voit bien ici que les îles possèdent un micro-climat spécifique car la végétation est semi-tropicale avec de nombreuses Euporbes, bougainvilliers, Senecios, kalanchoes, ... Un petit paradis, non pas 'fiscal' mais floral.

    En parlant de fiscalité, après le petit tour du proprio, je m'aperçois que tout est très cher ici et qu'il n'y a pas de marchands de bricoles à manger vite fait, uniquement des restos. En bout de rue, à 11h15 j'entame l'ascension du volcan « Vulcano della Fossa » qui culmine à 391m, comme par miracle le ciel se dégage de ses nuages et un franc soleil m'accompagne !!! Au début de la montée, un type devant sa cahute fait croire au gens qu'il faut un ticket payant pour monter au sommet, ce fou !!!! On ne va quand même pas payer pour monter au sommet d'une montagne … La pluie de ces derniers jours a creusé d'énormes crevasses sur le flanc du volcan, parmi la dense végétation ça grimpe sec sur ce terrain instable. Le paysage de l'archipel des îles Éoliennes se découvre petit à petit, je pressens un spectacle inoubliable.

    Puis je tombe sur une strate semi-argileuse rouge où rien ne pousse c'est la dernière partie de l'ascension, on doit être sur la planète Mars ici !!!

    Sans m'en rendre compte, je me retrouve en bordure du cratère du volcan, c'est l'odeur de souffre qui m'indique que je suis bientôt arrivé, ces vapeurs annoncent le spectacle prodigieux qui se déroule au sommet !!!! Et là c'est le choc à 12h00, en 2 temps, 3 mouvements, je me retrouve face à ce cratère parfait (tel que l'on peut se l'imaginer) d'où les fumerolles débitent à tout va sur un côté !!! Le sulfure d'hydrogène à plein nez !!!! Krisuvik a trouvé un concurrent !!!! Je suis comme fasciné par cette nature !!! Mais en tournant la tête, la vue est tout aussi grandiose sur l'archipel des îles Éoliennes !!! (à l'extrême gauche c'est Filicudi ; à gauche les deux montagnes c'est Salina ; au premier plan c'est Lipari ; à droite c'est Panarea et à l'extrême droite au loin on aperçoit un petit cône fumant c'est Stromboli) On se croirai dans les Caraïbes. C'est démentiel, alors c'est là dessous que réside le brave Vulcain ? C'est plutôt l'enfer !!! Quel contraste de paysages : au premier plan l'enfer où rien ne pousse, limite la mort et, au loin un petit paradis d'îles. J'imagine bien ce cratère exploser comme au bon vieux temps, je rigole mais la dernière explosion date de 1890 et les fumerolles sont bien la preuve qu'il est toujours en activité. J'en fais le tour et c'est de la folie, tous ces angles de vue, ces paysages, cette ambiance, là je suis vraiment dans mon élément, la nature à l'état brut !!!!!

    Je fini le tour du cratère par la zone des fumerolles, je me ramasse des cristaux de souffre comme souvenir,

    un type vient me chercher pour m'engueuler car il ne faut pas rester ici, les gaz sont toxiques (sulfure d'hydrogène, arsenic, …), oui bon je sais, ... si il savait que c'est grâce à ces gaz que je suis encore en vie aujourd'hui (Askja) …

    Je redescends vers 13h30 au village et passe devant une seconde zone géothermique avec un énorme rocher bariolé de rouge, rose, jaune, orange, un énorme bloc de souffre !!!

    Et au pied de ce dernier une piscine naturelle de boues sulfurées où se baignent du monde (pas trop longtemps car il paraît que ça rend stérile).

    Je pars à pied pour Vulcanello et la vallée des monstres, que je ne trouve pas d'ailleurs !!! Et puis il est grand temps de rentrer car il faut pas louper le ferry. En attendant, je m'assois sur un banc pour faire aérer mes pieds. Sur le ponton, des italiens sont en train d'être médisants et déboiser sur les français, je sais pas exactement ce qu'ils disent mais je vois bien que ce n'est pas très élogieux, je sais bien que nul n'est parfait et certainement pas les français (loin s'en faut, nous avons nous aussi nos gros défauts) mais quand même ils feraient mieux de balayer devant leur porte avant de critiquer les autres … Avant de revenir à Milazzo, le ferry passe par Lipari récupérer des gens et l'énorme voilier que je voyais dans la baie de Lipari depuis le haut du volcan, c'est le Club Med 2. Il est 16h00, je pue le souffre, c'est une infection, mélangé à la sueur, c'st nickel !!! Vivement une bonne douche à l'hôtel ce soir. Le temps se couvre sur les îles , j'y suis allé au bon moment !!!

    Voilà 17h00, Milazzo est tout proche, et une énorme faim pour mon estomac !!! Mais c'est dimanche aujourd'hui, les magasins sont fermés … Juste un bar d'ouvert, je lui prends une pizza vite fait. Je décolle d'ici à 17h30 et direction Palerme, pas une minute à perdre. Je m'embarque sur l'autoroute, savais pas qu'elle était payante, tant pis. Mets à sécher mes chaussures et les chaussettes en écoutant les « Fatals Picards », j'ai jamais vu autant de tunnels sur une route, ils se succèdent les uns aux autres. Pendant longtemps on aperçois les îles Eoliennes, je pensais pas qu'elles étaient si près de la côte. Il n'y a pas grand monde sur la route, je passe Patti, Orlando, Cefalu, Termini jusqu'au moment tant redouté : l'entrée dans Palerme en voiture !!!!! C'est mon sang par terre, cette affaire … Il est 20h00, et c'est le moment de montrer à tout le monde que j'ai du sang-froid, de la diplomatie, et que je ne suis pas si mauvais conducteur qu'on veut bien le dire (je rigole, c'est pas vrai) !!!!! C'est tout simplement n'importe quoi sur la voie, normalement à 2x2 voies qui s'est transformée en 2x5 voies désordonnées, c'est l'anarchie complète, dépassements à gauche à droite, queues de poisson, freinage dernier moment, pare-choc contre pare-choc, clignotants inexistants, … Bref, à tout moment je risque l'accident, surtout au niveau des carrefours, c'est hyper dangereux. Tout le monde veux entrer dans la file en même temps, j'ai des montées de bouffées de chaleurs terribles (pourtant je devrai pas être concerné par la ménopause à ce que je sache, même si la science progresse tout les jours, les hommes ne sont toujours pas concernés par ces soucis, que je sache !!), obligé de mettre à fond la ventilation pour aérer un peu, j'en peux plus. En plus y'a un de ces monde !!! Il me semble que c'est infinissable ce cirque, mais apparemment il n'y a que moi qui balise comme ça, tout le monde à l'air serein au volant … Maintenant je peux le dire : je crois bien que les italiens (tout au moins les siciliens) battent à plate couture les grecs pour la conduite en ville !!!! J'arrive enfin à l'aéroport « Falcone & Borsellino » de Punta Raisi à 21h00, le temps de finir mes restes car j'ai très faim (le reste je le jette à la poubelle), Je rends la Panda à Avis, seulement je n'ai pas trouvé de stations essence pour faire le plein, il me semble qu'ils me le facture assez cher mon manque d'essence, pour ½ plein manquant c'est 44€ … qui viennent à se rajouter à l'assurance tout risque du départ (84€), que je croyais avoir déjà payé il y a 10 jours … bref.
    À la gare souterraine de l'aéroport, je retire un ticket de train pour la gare centrale et le prix du billet à augmenté de 0,5€ en 10 jours (5,5€), la crise à dû passer par là entre temps … Le départ est dans ½ heure à 22h00, personne dans le train, me déchausse, je suis complétement crevé de la route … Dans le train je dors à moitié, de toute manière je risque pas de me louper la station puisque c'est au terminus que je descend.

    Drinnnng, 23h00, tout le monde descend du train, enfin non je descends du train puisque je suis tout seul, on est arrivé à la gare centrale de Palerme. Une fois sorti de la gare, il y a toujours autant de monde à Palerme, je connais la route pour l'hôtel Palazzo Savona : via Roma tout droit !!! L'adresse n'a pas changé. J'arrive à l'entrée de l'hôtel et il y a le comité d'accueil : 2 prostituées qui sont là sur le trottoir, « pardon mesdames, il faut que j'aille dormir !!! » L'employé de l'hôtel m'attendais, c'est super sympa de sa part. Il me reconnaît et on discute un peu. Dans la chambre commune, je reprends le même lit qu'il y a 10 jours, ma voisine hongroise n'est plus là et remplacée par quelqu'un d'autre puisque le lit est occupé mais la personne n'est pas là. À la place de l'américain (le roi de la photo !!), il y a une fille qui est en train de dormir et le 4ème lit est inoccupé. Le premier truc que je fais, direction la douche !!!!! depuis xx jours … C'est trop bon, je revis !!! Et je fais tomber toute la crasse, sueur, odeur que je portais sur moi, je me sens bien plus léger. Je plonge sur le lit à 23h30, un bordel d'enfer dans la rue, ici c'est pas le silence de l'Etna !!!! Pas grave je m'endors rapidement. Enfin un lit, un vrai !!!! pas le siège passager de la Punto ou le matelas autogonflant à moitié dégonflé !!!!!