11 avril 09

le trajet d'aujourd'hui : Ugijar, Alcolea, Berja, El Ejido, Almeria, Nijar.


  • Très bonne nuit jusqu'à 04h00 du matin, à partir de là l'enfer !!! Tous les chiens de la région se sont mis à aboyer comme des cons, se répondant les uns aux autres avec quelques instants de silence (lueur d'espoir) et rebelotte, un enfer, impossible de me rendormir. J'enfile les bouchons dans les oreilles (ils étaient restés dans la poche intérieure du duvet de l'année dernière en Islande), ça atténue un peu mais le sommeil est parti pour de bon, en plus j'enfile un pull sur le petit matin car le froid tombe vite, pourtant il fait quand même 8°C et les chiens remettent ça ... Je dors un peu jusqu'à 08h30. Grand soleil et la tente sèche, j'ai la tête un peu dans le pâté lorsque 3 personnes âgées passent dans la pinède sans rien me dire, c'est que tout va bien alors. Sauf pour moi car j'ai les yeux en couilles d'hirondelle, le dos haché je vais prendre un dafalgan. Donc la tente est sèche mais pas le dessous du tapis de sol qui est complet mouillé. Je parts à 09h30, bordel j'ai le visage qui me gratte !! ha oui je ne me suis pas rasé depuis 1 semaine ... à Berja je m'arrête pour me rafraichir la peau !!! une pause rasoir et ça repart. C'est vraiment une région portée sur la bouteille, payes tes noms de bled : "Alcolea, Alcaudique, ..." les habitants ne doivent pas décuver de la journée ...

    j'entre maintenant dans l'immense région d'Almeria et sa mer de serres, ça se passe de commentaires avec des serres plates à perte de vue, du film plastique qui vole partout dans la campagne accroché aux arbres, c'est un monde à l'envers. En même temps j'écoutes Cabrel avec "ma place dans le trafic" drôle de coïncidence ... Qu'est ce qui peut bien se passer là dessous : conditions de travail, respect écologique, préservation de la bio-diversité, normes phyto-sanitaires, trafic, ... autant de questions sans réponses mais qui ne font aucun doute. Je reste affligé par le tableau, par ailleurs il faut bien se rendre aussi à l'évidence : nous sommes tous un peu coupables de ce résultat, la société a voulu avoir des légumes en toute saison, avec les prix les plus bas, des fleurs de toutes sortes, voilà aussi les vrais coupables du système, c'est nous ... toute cette économie tournée vers la culture sous serre a aussi créé toute une économie parallèle : une multitude de magasins qui vendent des bâches plastiques, coopératives agricoles, ... 2 populations bien distinctes comme à El Ejido où c'est très pauvre et juste à côté à Almeria ou de petits villages où c'est très riche.

    En plein milieu de la mer de serre je m'engage sur une sortie de l'autovia et direction un petit village à seulement 2 km d'ici. Vicar, petit bled de quelques âmes au milieu des oliviers, amandiers, dans les petits jardins privatifs les oiseaux chantent, le clocher sonne, les gens parlent entre eux, un véritable havre de paix. Donc il est aussi possible de faire autre chose dans cette région, la preuve !!! 12h00 mais il me semble vite déchanter en se baladant un peu dans Vicar, je comprend bien vite au vu des maisons et des voitures, ici point de Seat mais des Audi, Mercedes, BMW, ... il n'y a pas de serres ici et pour cause c'est sûrement un village de propriétaires agricole ... j'en suis même sûr. Je préfère partir d'ici et m'arrêter en bord de route pour faire de la reconnaissance botanique et un peu de macrophoto de plantes "naturelles" et endémiques" de la région, tout le contraire de ce que l'on pourrait trouver dans ces serres. Je passe par le Carrefour d'Aguadulce" faire des courses pour la semaine, les prix n'ont pas l'air bien moins chers qu'en France, ils se sont mis à la page des tarifs européens.
    J'arrive sur le port d'Almeria mais je suis sur la mauvaise file pour les parkings en bord de route, ben je me gare en fait dans un parking souterrain pas envie de m'emmerder. Comme il fait chaud j'enfile le pantacourt, tee-shirt, sandales, je me prend à manger et ils annoncent 22°C dehors sur les panneaux publicitaires mais avec ce vent je me les gèle sévère !!! limite cher de poule sur les bras. Après avoir fini le repas sur un banc de la Rambla de Bélen je retourne au parking pour m'habiller, je vais pas jouer le téméraire (je sais pas le faire de toute façon) aujourd'hui.

    Le centre-ville d'Almeria est en fait assez petit et je me rend rapidement au pied de l'Alcazaba qui est gratuite pour les européens, sur la montée à la porte principale je reste effaré devant un tapis de ficoïdes violettes.

    Cette Alcazaba est encore un témoignage de la présence arabe dans le passé car cette forteresse a été construite par Abd er-Rahman III (le même que la Medina Al Azhara à Cordou) au 10ème s. et fut agrandie par Soliman 1er, les rois catholiques après la reconquête construisirent l'alcazar chrétien, l'ensemble du site fut en grosse partie détruit par le tremblement de terre de 1522, l'Alcazaba et ses fortifications ont été refaites (ça se voit bien au crépis des murs) mais ça donne très bien, de plus je domine l'ensemble de la ville et la Méditerranée jusqu'au Cap de Gata-Nijar je pense. Je déambule dans les jardins en terrasse où l'eau est omniprésente, comme c'est agréable !!!

    Dans la 2ème enceinte de l'Alcazaba il y a une reconstitution de maisons arabes à voir absolument ainsi que les citernes d'eau d'époque.

    Dans la troisième enceinte, j'entre dans le château des rois chrétiens pour voir une expo de vieilles photos panoramiques sur les principales villes andalouses.

    16h30 je m'en vais et bien content de cette visite qui n'était pas prévu au programme, je passe devant l'église San José ancienne mosquée fermée comme d'hab. Je m'en reviens par le parc Nicolas Salmeron qui borde la mer, tout en me régalant de la taille dantesque des Ficus benjamina et des Ficus elastica, de véritables monstres de la nature !!!!, y'a aussi un palmier à qui on a coupé toutes ses plames, ça lui fait une tête rasée, ça devait être un palmier colabo pendant la guerre !!!!!

    5€ de parking, bordel fait chier j'ai pas de monnaie, bon le type de la cahute m'en fait, ah quand il s'agit de payer on peut toujours s'arranger ... Je l'ai dérangé en plein feuilleton. Une fois quitté Alméria et son Alcazaba, où je vais ? au Cap de Gata-Nijar pour m'avancer ou à Nijar ? Bon allé direction Nijar car un camping est indiqué sur la carte et j'aurai bien besoin d'un coup de nettoyeur haute-pression pour me décaper de toute la poussière que j'ai sur la peau. Nijar, c'est un village de potiers mais les magasins sont plus des bazars à touristes qu'autre chose, le point I est ouvert je vais y faire un tour, j'y prend un max de documentations sur la région et l'hôtesse parle pas un mot d'anglais mais français un petit peu, elle fait que me tutoyer et mignonne avec ça !!! bon je suis pas là pour ça, elle me dit pas de camping au village !!!! merde se sont gourés sur la carte Michelin ... Y'en a qu'au capo de Gata et le dernier camping sur la côte que j'ai vu c'était celui à 20€/nuit à Barbate !!! mon porte-monnaie s'en souvient encore, ça me refroidit vite fait et la douche attendra quelques jours de plus.
    Donc je reste quand même ici, je vais me trouver un petit coin sympa, mais pas vers la côte y'a que des serres, quoique ma tente entre 2 serres elle ne se verrait pas !!!! Je monte dans les terres et au sortir de Nijar je tombe sur une petite oliveraie en bord de route au milieu des montagnes désertiques, ç'est l'autre versant du désert de Tabernas, je vois Nijar au fond. Le coin n'est pas très propre avec des canettes de verre cassées, ... tant pis j'y suis j'y reste au milieu de ce superbe paysage semi désertique parmi les agaves, en plus le soleil d'aujourd'hui accentue la beauté de l'arrière-pays, quoique ça devient un peu plus nuageux depuis 1 heure.

    Il est 19h30, 18°C, j'ai fais un effort aujourd'hui car j'ai pas mangé un seul pipas !!! simple oubli de ma part. J'ai une faim de loup donc gros repas pour ce soir : bouillon, les 4 saucisses qui restent (à force elles vont cuire d'elles même dans le coffre de la 206 !!), 1/4 d'omelette, riz cantonnier, fromage (que j'ai acheté tout à l'heure), gâteau, orange. C'est quoi ce fromage il a goût à rien !!! c'est comme si je mangeais un bout de plastique mou ... Y'a pleins de trucs dans le coffre (fromage, saucisses, viande, beurre, ...) qu'il faut conserver entre 1° et 4°C, moi c'est plutôt entre 20° et 30°C ... depuis 2 semaines !!! Je dois être insensible à la salmonelle et à la légionellose ... tranquille.

    Je termine la vaisselle à 21h00 il fait juste nuit, je considère cela comme un nouveau record : 3 jours d'affilié avant la nuit !!! bravo champion !!! Quand je repense aussi aux dos d'ânes que j'ai vu aujourd'hui, ça c'est pas de la gnognotte, les gendarmes couchés, c'est plutôt tout un escadron !!! Je mets en place la journée de demain et d'après demain. 22h30 je vais au duvet, 11°C. J'espère que je vais passer une meilleure nuit que la dernière (les chiens), je me rend compte que j'ai les chaussettes qui ne sentent pas les pieds mais le thym à force de marcher avec les chaussettes et les sandales autour de la tente !!!