12 avril 09

le trajet d'aujourd'hui : Nijar, El Pozo de los Frailles, Presillas Bajas, Los Escuellos, Rodalquilar, San José, plage de los Genoveses, Capo de Gata.


  • Ça va devenir une habitude, encore une très bonne nuit jusqu'à 04h00 du mat. à partir de là, une bonne quinzaine de voitures se sont arrêtées en bordure de route pour voir ma tente sous les oliviers, y'en a même qui ont fait 1/2 tour sur le chemin, musique à 2 balles à fond pour certains. Je dois me trouver à l'emplacement d'un "after" sauvage d'après boite de nuit et je leur ai piqué la place !!!! Ces arrêts de véhicules m'empêchent de dormir convenablement, en fait j'ai commencé à bien me reposer qu'à partir de 07h00 et c'est pour ça que je ne me lève qu'à 08h30 ce matin ... Il y' a eu du vent par petites rafales toute la nuit, ça continue encore d'ailleurs. Il ne fait que 11°C mais j'ai crevé de chaud cette nuit, obligé de me mettre hors du duvet. Bon allé je me lève, il fait pas froid, je me prépare le ptit dèj, humm l'eau commence à frémir sur le réchaud, ça doit être bon, je la verse dans le bol de lait en poudre ... merde elle est à peine tiède ... ça ira comme ça. Je lève le camp, et passe par le village d'Atochares perdu entre les serres, je découvre là de véritables bidonvilles, c'est écœurant comment peut on loger des hêtres humains dans cette insalubrité ? je suis sûr qu'il n'y a ni eau ni électricité dans ces taudis, on prend vraiment les personnes clandestines et les ouvriers agricoles pour des moins que rien. bravo le gouvernement socialiste espagnol !!! inacceptable. Quelle honte ...
    J'arrive à El Pozo de los Frailles, je vais au point I, 2 suisses francophones sont avec moi, la réceptionniste hyper sympa, je lui demande si elle sait parler français ou anglais : "on est en Espagne ici, donc on parle espagnol !!", bon ça c'est dit, j'ai bien compris le message ... Elle nous montre tous les chemins de rando du parc de Capo de Gata-Nijar (30.000ha) avec pleins d'explications, super !! elle nous donne aussi un plan pour nous 3, elle n'a pas compris que je suis tout seul.
    Ce matin je vais me faire une petite rando géologique à la découverte de la zone volcanique de la région : la caldeira du volcan Majada Redonda. Je me rend au village à côté : Las Presillas Bajas, c'est là que commence la rando. Quelle chaleur étouffante dans ce décors, heureusement qu'il y a un peu de vent !! c'est pas le magma en dessous qui chauffe au moins ? non sûrement pas, l'activité volcanique est éteinte depuis bien longtemps. La dernière fois que j'ai fait une randonnée pour rejoindre une caldeira de volcan, c'était à Aska en Islande; j'ai failli mourir de froid, faudrait pas que je passe près de la mort par la chaleur aujourd'hui !!! ça me réussi pas les caldeiras en principe ... Le chemin est très poussiéreux et sablonneux et serpente au milieu des agaves, opuntias, lentisques, palmiers nains ... je me fais une séance de reco botanique d'enfer !!!

    par endroits la roche est rouge feu, parfois des vacuoles apparaissent à la surface, témoignage de l'activité volcanique d'antan.

    12h00 me voilà au centre de la caldeira de l'ancien volcan, elle ne saute pas aux yeux mais le paysage est toujours aussi magnifique.

    Tout le long de la randonnée je cherche le nom d'une plante parasite que je viens de voir (la clandestine, Lathraea clandestina) j'ai son nom sur le bout de la langue mais ça ne vient pas, ça m'énerve !!! Je m'en reviens est bien sûr dans mon élan je me trompe de chemin, enfin j'allonge le chemin que j'ai emprunté à l'aller ... je me retrouve de l'autre côté de la montagne devant le village Las Presillas Bajas, les chemins de caldeiras et moi : une longue histoire d'amour !!! résultat j'arrive à 14h00 à la 206.

    Mon estomac commence à crier famine, et quel cadre plus merveilleux que la plage de Los Escuellos pour se ravitailler !!! Quelques personnes sont là pour prendre un bain de soleil sur la plage de sable fin, moi je m'installe dans le creux d'un rocher qui s'avance dans la mer en surplombant toute la crique, quelle vue superbe !!! Le resto 3 étoile à côté n'a pas la même vue je suis sûr !!! Des jeunes jouent à la pétanque sur la plage quand l'un d'eux pointe et enfonce le bibe dans le sable, bien joué ça !!! Ces formations rocheuses sont bien étranges, y'en a de toutes sortes, on dirai du calcaire rongé par le temps mais je suppose que c'est de la roche volcanique. Je m'y promène dessus, ça fait de bien belles falaises, houps attention ç a glisse !! et là c'est le drame !!! en sandales je glisse sur le petit gravier et me prend une belle gamelle, je tombe sur le coude tout ripé et je passe de peu de tomber de la falaise de 5/6m environ ... je préfère filer de là avant que n'arrive la catastrophe ...

    Le temps est assez nuageux par moments mais il fait un agréable 29°C, je m'arrête à la crique de l'Isleta del moro, la vue est grandiose sur la côte et la mer bleu turquoise, il me semble bien que ce sont des colonnes basaltiques devant moi. Y'a bien des courageux sur Terre : un type fait de la plongée, elle ne doit pas être bien chaude ... Autant le cadre est irrésistible, autant le village est une grosse concentration de touristes attelés aux restos.

    Je préfère remonter sur Rodalquilar, et à l'entrée de l'agglomération ce trouve un village fantôme, ancien village minier abandonné et squatté de temps en temps. La maison du parc naturel est fermée, ça doit être Pâques, je vais au jardin botanique, il vient d'ouvrir en ce début d'après-midi. Il est pas mal du tout mais je pense qu'il est un ton en dessous de celui d'El Bosque. Il est bien agencé et les plantes classées par thèmes d'écosystèmes, il est assez complet. Ce qui est sympa c'est que les noms des plantes sont marqués sur des galets !! dommage que les explications ne soient qu'en espagnol.

    Je reviens à San José, village de pêcheurs qu'ils disent sur le guide, c'est plutôt village de promoteurs !!! La route se termine et c'est une piste poussiéreuse qui prend le relais pour aller à la plage de los Genoveses, je décide d'y aller à pied de peur de ne pas trouver de places où me garer. Non en fait pas grand monde, quelques téméraires qui se mettent à l'eau, ces fous !!!

    Je longe la plage vers l'ouest et en bout il y a toute une falaise d'orgues basaltiques effritées par l'érosion marine, elles sont plutôt en forme de carré que de forme hexagonale en principe, et il y en a même de couleur blanc crème, je m'en prend un morceau pour souvenir.

    Je continue de grimper vers d'autres falaises en direction de Monsul mais le vent souffle fort et il fait de plus en plus frais. 18h30, je rebrousse chemin malgré les magnifiques paysages volcaniques qui se jettent dans la mer.

    2 types font du cerf-volant, ils tiennent à peine par terre tellement ça souffle fort. J'arrive à la voiture à 19h00, 19°C je me décide à aller à un camping, là je suis bien cradingue couvert de poussière !!! ça va être le grand nettoyage de printemps. Je paierai le prix qu'il faudra. Je m'avance au village de Capo de Gata, je passe par le CEMA Michelin (circuit pour tester les nouveaux pneus) mais on ne voit rien de l'extérieur, juste que ça à l'air d'être immense.
    Au camping de Capo de Gata, la réceptionniste hyper sympa, 17€ la nuit, pas le choix faut me laver et faire le plein de flotte. Je verrai les salines demain avant d'aller vers Tabernas. Je m'installe avec une vue superbe et inoubliable sur ... les fameuses serres agricoles de la région ... On est 4 tentes dans le camping, on va pas se battre pour la place !! on entend bien la mer ça va me bercer pour la nuit, pas comme les chiens d'avant hier. Merde pas d'herbe par terre, je regarde partout, non non c'est que du gravier ... ça va être confortable ... mais en y réfléchissant, l'année dernière en Islande c'était pareil avec la pierre ponce et c'était pas plus inconfortable que l'herbe.

    Je m'attaque à l'apero, ce soir double ration nouilles, omelette aux épinards, bouillon, fromage, orange. Et voilà l'escadron de moustiques qui me colle une dérouillée. Une fois bien calé je vais me faire la vaisselle aux sanitaires, pas d'eau chaude !!! je vais en piquer discrètement aux lavabos dedans avec ma gamelle. En revenant à la tente, un chat est en train de farfouiller autour de ma maison !! Je me fais une petite lessive puis Saint Martial appelle : il pleut depuis 3 jours en France, Bordeaux 1er de ligue 1, c'est tout bon ça !! ça sent le titre !!! Un peu plus loin dans le camping, un fourgon de jeunes hyppies dont un de leur collègues est en fauteuil roulant, ça c'est vraiment sympa de leur part de partir avec lui, ce qui est beaucoup moins sympa c'est qu'ils ont 2 gros clébards qui courent dans tout le camping et ça n'a pas l'air de les gêner plus que ça. 22h00 je vais me laver aussi mes sandales car avec la poussière d'aujourd'hui !! et enfin la douche tant attendue, je m'aperçois que j'ai les pieds couverts de poussière, ils sont noirs !! mais non, enfin presque !! c'est qu'ils sont bronzés !!!! J'ai des parties blanches sur la peau des pieds, là où se trouvent les lanières des sandales. 40min sous la douche, je sais je gaspille de l'eau mais c'est tellement bon !!! Une fois dans la tente j'écris un peu du carnet de voyage, 12°C et 23h45, je vois un peu le programme pour demain, une camomille car ça fait 2 nuits que je dors mal, enfin que je me réveille en pleine nuit et impossible de me rendormir. Je refais le plein de ma gourde pour la nuit, au duvet à 00h00.