le trajet d'aujourd'hui : Pays de Galles, Liverpool, Stoke on trent, Birmingham, Londres, Douvres.


  • Les nuages et la pluie d’hier sont partis, un agréable soleil nous réveille ce matin. Aujourd’hui c’est journée spéciale Beatles, en tant que fans inconditionnels des Fab Four, Christophe et moi ne pouvions pas passer par Liverpool sans faire un petit pèlerinage culturel et musical dans cette ville mythique !!!! Nous décollons vite fait de ce camping qui ne me laisse toujours pas une bonne impression …On entre dans Liverpool, je pensais qu’il y aurait beaucoup plus de références aux Beatles et au Liverpool FC dans les rues. Nous arrivons au petit bonheur la chance dans le quartier de Mossley Hill, j’ai bien quelques plans de Liverpool tirés de mappy.fr mais bon ça reste bien sommaire. Nous nous garons dans une rue juste à côté de Smithdown road, un des nombreux boulevards de la ville en face du Sgt Pepper’s bistro implanté sur un rond point au milieu du boulevard. D’ici commence la fameuse rue « Penny Lane »,

    la chanson de Mc Cartney raconte effectivement des scènes de vie dans cette rue pendant son enfance, au début de la rue sur le fronton du Penny Lane Wine Bar sont écrites les paroles de la chanson !!!!

    Et juste à côté un vieux disquaire a collé de vieilles affiches et anciens disques sur sa vitrine, nous sommes en plein dedans !!! Le plaques de la rue Penny Lane sont régulièrement volées, la ville les a donc bien scellées au sol, c’est sûr ça fait un sacré souvenir. Nous passons ensuite par la maison natale de John Lennon, rien de bien extraordinaire, pas une plaque commémorative, juste la fierté du propriétaire de la maison aujourd’hui de pouvoir dire qu’il habite une maison qui a vu naître J. Lennon. Nous marchons un bon moment le long de l’avenue de Menlove jusqu’à la rue de Beaconsfield, ici ce trouve l’ancien orphelinat de « Strawberry Field »,

    le parc où allait jouer John Lennon étant enfant existe toujours et le portail d’entrée est maculé de graffitis, nous continuons notre ballade dans Liverpool par l’église de St Peter’s Parish Church, nous trouvons bien le quartier mais impossible de trouver cette église, en fait c’est le cimetière de l’église qui nous intéresse, car il contient la tombe d’Eleanor Rigby. Nous passons bien ¾ d’heure à tourner dans le quartier et rien à faire, on croise un couple et ses enfants qui eux cherchent l’orphelinat de Strawberry Field, ça tombe bien nous en arrivons, on leur indique les rues à prendre et par hasard nous leur demandons si ils savent où se trouve l’église de St Peter’s, miracle ils en arrivent !!!! En fait c’est pas bien loin nous n’avions pas continué assez loin la rue. Nous voilà à St Peter’s church, et maintenant il va falloir trouver la tombe en question, mais le cimetière est assez grand, ça va être un boulot titanesque que de la trouver, c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin … Christophe prend une partie du cimetière et moi je prend l’autre partie et chacun nous passons allée par allée devant chaque tombe a vérifier les nom sur les pierres tombales !!! Au bout d’½ heure je suis à peu près certain d’avoir loupé plusieurs tombes, c’est crevant et le concierge de l’église nous voyant faire (il doit être désolé) nous demande si c’est pas la tombe d’Eleanor Rigby que nous cherchons, et nous y emmène. Je suis dingue il suffisait de lui demander quand nous sommes arrivés … La pierre tombale de n’est pas différente des autres, je pense que ça aurait été un hasard d’y tomber dessus.

    La petite histoire veut que Paul Mc Cartney en écrivant la chanson prenne comme prénom Eleanor en hommage à l’actrice de cinéma Eleanor Bron et le nom de Rigby en souvenir d’un magasin de vins à Bristol, il appela son héroïne « Eleanor Rigby » car sa sonnait bien aux oreilles !!! Et en 1980, un anonyme se promenait dans ce cimetière et mis ses yeux sur la tombe d’Eleanor Rigby !!!! Mc Cartney, Harrison et Ringo Starr ont été les premiers surpris de cette découverte, en plus à Liverpool !!!! Mais j’ai quand même du mal a y croire qu’ils ne connaissaient pas cette tombe, je reste persuadé qu’ils ont emprunté le nom de cette personne en voyant la pierre tombale, ça n’a rien d’anodin, de plus juste à côté une autre tombe est au nom de John Mc Kenzie et dans la chanson « Eleonor Rigby » il y a le « father Mc Kenzie », drôle de coïncidence …

    Pourquoi pas je laisse une part doute. En revenant à la voiture, nous nous achetons des kebabs car la faim commence à arriver, nous allons au centre ville à Mathew street,

    la rue où les Beatles se forgèrent une réputation à leurs débuts, nous passons devant le Cavern Club, c’est la salle de spectacle où les Beatles se produirent plus de 300 fois jusqu’en 1963, on ira faire un petit tour à l’intérieur tout à l’heure. Nous remontons la rue, énormément de boutiques revendent des souvenirs, des affiches d époque, des vinyles originaux, des posters, enfin tout ce qui se rapporte aux Scarabées. En face du Cavern Club dans la rue de Mathew street se trouve une statue de John Lennon regardant les passants et accoudé au mur, ce dernier est recouvert de briquettes gravées des noms de touts les groupes et artistes qui se sont produits au Cavern Club de 1957 à 1973 ainsi que les groupes dans les années 90 (tel Oasis, …), un pan de mur entier est recouvert de noms légendaires dans la musique pop rock anglaise.

    Dans une rue un peu plus loin se trouve sur un banc la statue d’Eleanor Rigby donnant à manger à des oiseaux, avec l’inscription sur le mur «All the lonely people » tout un symbole !!!

    Nous revenons au Cavern Club,

    en fait c’est une cave dans le sous sol, il faut emprunter un petit escalier en colimaçon qui descend vraiment profondément dans le sous sol

    et nous arrivons dans la salle, enfin c’est plutôt une cave tout en longueur voûtée avec un bar au fond et une petite salle où les gens peuvent s’asseoir, tout ici est à l’effigie des Beatles, des affiches originales de l’époque, des posters signés par John, Paul, George et Ringo, ça vaut une fortune tout ça !! Et un monde fou dans la salle, il fait une chaleur pas possible, nous nous prenons un demi au bar façon de se désaltérer un peu. Sur scène un jeune artiste joue en solo « can’t buy my love », c’est vraiment grandiose,

    et dire que c’est ici que tout commença, que la légende débuta, … c’est un moment d’exception pour Christophe et moi. Etre ici est quelque chose d’unique. Il est 15h30, il est quand même temps de rentrer car il faut qu’on soit à Douvres ce soir, ça veut dire que la traversée de l’Angleterre nous attend maintenant. Nous quittons Liverpool à 16h00, la route se fait tranquillement il n’y a pas grand monde. Nous enchaînons els villes comme des perles Stoke, Birmingham, Oxford, juste une pose vidange de vessie sur une aire d’autoroute, nous arrivons sur le périphérique de Londres et la circulation se fait bien plus dense, on décide de passer par le sud de la capitale. Que c’est long mais que c’est long !!! Je trouve ce périph interminable j’ai l’impression que l’on fait du sur place, en plus on sort à une mauvaise sortie et nous voilà embarqué vers le centre de Londres !!! Nous sommes dans de beaux draps … Il faut absolument faire demi tour et reprendre la rocade, c’est ce qu’on fait sans trop savoir si nous sommes dans la bonne direction et puis je vois le panneau sortie Canterbury, ouf !! Nous sommes sur la bonne voie. Nous arrivons à Douvres il est 21h00, Chris et moi nous nous posons la question si on ne pourrait pas prendre le ferry maintenant même si le notre est prévu pour demain matin, mais nous suivons les conseils du guichetier à l’aller à Calais qui nous avait dit que eux du côté français ils n’étaient pas regardant sur les horaires si on arrive en avance, c’est bon on peut monter dans le ferry qui suit, mais que du côté anglais c’est pas du tout pareil ils sont beaucoup plus strict sur ça. On gare la voiture sur une place en face des quais à Douvres et c’est parti pour la pire nuit du voyage, pour moi en tout cas. Je me suis gelé toute la nuit, et impossible de trouver la bonne position pour dormir, il y avait toujours un truc qui me gênait, résultat des courses j’ai pas fermé l’œil de la nuit, ce fut horrible, des courbatures partout au réveil. Et Chris qui se réveille paisiblement le matin, lui a passé une nuit impeccable !!! En fait Christophe et moi avons échangé les rôles entre la nuit de Liverpool à l’aller dans la voiture et celle là.