le trajet d'aujourd'hui : Zeebrugge, Anet, Chartres.


  • Enfin une nuit au sec, que ce fut bon !! Nous retrouvons la voiture comme nous le craignons c'est-à-dire puant le renfermé comme ce n’est pas possible … donc vitres ouvertes pendant quelques kilomètres. Bien sûr retour à la conduite à droite, mais il ne faut pas beaucoup de temps pour se réhabituer à cela. Christophe trouve que la voiture tire d’un côté à cause de la pression des pneus sûrement déséquilibrée, ça tombe bien il faut que l’on face de l’essence, on regardera la pression des pneus en même temps. Dans une petite ville on trouve une station et on y fait le plein, en même temps on demande au pompiste flamand si il peut nous contrôler la pression pneumatique, il fait semblant de comprendre qu’à moitié et va chercher son manomètre qui ne marche pas … Il nous rajoute quand même de l’air dans les 4 pneus plus ou moins au hasard, ce que lui reproche Christophe verbalement, le pompiste nous dit alors que lui il contrôle les pneus en à l’œil et au toucher …. Quel pauvre type. On reprend la route et la ça devient carrément dangereux la voiture est totalement déséquilibrée, surtout à grande vitesse sur l’autoroute. Première autre station de plus grande envergure et nous nous y arrêtons pour recontrôer tout ça avec quelqu’un de plus compétant, effectivement comme on s’en doutait il y a une pression différente dans chaque pneu et de beaucoup en plus, pour clôturer le tout les pneus sont sur gonflés !!! On rectifie tout ça et c’est reparti pour la France où le soleil et le beau temps sont présents, ça change des 2 derniers jours !! Nous traversons la Belgique sans encombres, pas de soucis Lille, on contourne Paris comme à l’aller par l’est et nous arrivons près d’Anet, ce nom de village me dit quelque chose … Oui je l’ai vu plusieurs fois dans des mots fléchés « le château de Diane », je dit alors à Steph et Chris que dans ce village il y a un très beau château à voir, malheureusement le château n’est pas visitable mais on devine l’immense propriété par-dessus les murs d’enceinte et les grilles d’entrée, nous visitons quand même la chapelle où se trouve le mausolée tout en marbre de Diane de Poitiers.

    Nous arrivons à Chartes en fin d’après midi, et nous allons au camping municipal d’un petit village juste après Chartres. Et la c’est la grande inconnue : dans quel état nous allons retrouver nos affaires trempes de 2 jours dans le coffre, comme nous le redoutions c’est une infection dans le coffre de la fiesta ! Ca sent le moisit et le renfermé à ne plus y tenir, heureusement pour nous un petit vent souffle. On sort tout et on étale tout ce que l’on peut au vent pour faire sécher un maximum de choses. Les serviettes, les duvets, les matelas gonflables, les toiles de tentes, les sacs, … Quelques personnes du camping nous regardent faire, ils doivent se demander ce qui nous est arrivé !!

    Plusieurs choses sont à jeter comme le sopalain, le papier wc, … qui ont pris l’eau. Mon téléphone sonne et c’est ma mère qui m’appelle pour savoir où est ce que l’on est ? Je lui raconte brièvement notre mésaventure due à la pluie et elle m’apprend qu’un copain (Culustre) s’est planté avec sa voiture juste devant la maison la nuit dernière, heureusement rien de bien grave pour lui, il sortait de l’anniversaire à Benoît et il s’est planté au niveau de la forge dans le fossé droit comme un I !! Toute la nuit mes parents, Jean-Pierre avec un tracteur et les copains ont essayé de dégager la voiture !! Avec ce petit vent tout sèche rapidement, et on peut maintenant monter les tentes, après un bon repas comme on en a plus fait depuis quelques temps et direction le duvet pour une nuit des plus confortable !!