18 avril 09

le trajet d'aujourd'hui : La Carolina, Andujar, Valdepenas, Tolède, Madrid, Burgos, Vitoria-Gasteiz, Aduna.


  • Je viens de passer une bonne nuit mais je me suis réveillé de nombreuses fois, notamment vers 04h00 où j'ai eu un mal fou à me rendormir. 10°C dans la tente, il a pas mal plus par averses, je me lève à 07h00, je crois bien que je me suis enrhumé. Plus de vent, c'est déjà ça. M'habille vite car le temps est quand même frais. Je sors, le ciel est uniforme ce matin : gris de partout, en fait c'est un seul nuage qui embrasse tout le ciel !!! la tente est trempée évidement, je la plie comme je peux, la toile étalée sur la banquette arrière de la 206. Je m'envoie le ptit dèj, le café au lait est bien noir ce matin je trouve, pourtant je l'ai préparé comme d'habitude, ... j'ai oublié d'ajouter le lait en poudre ... un jour ce sera ma tête que j'oublierai de prendre ... Je mets les voiles à 08h00 vers Andujar car je veux m'acheter quelques céramiques pour souvenir et comme les céramiques d'Andujar sont très réputées, je vais en profiter !!! Le ciel s'éclaircit vers Cordoue, bon signe peut-être mais comme je ne vais faire qu'une halte souvenirs à Andujar et après je vais tirer vers le nord sur le chemin du retour ... Grosse manif à Andujar, je prends pas le risque d'entrer en centre-ville. Mais j'ai repéré une "venta" artisanale de céramiques à l'entrée de la ville en bord de l'autovia, je m'y rend par une petite route, il est ouvert. C'est un petit potier artisanal : "Cerámica Iliturgitana Muñoz", le potier me reçoit avec une grande gentillesse dans son tablier et ses mains couvertes d'argile ocre fraiche. Je regarde un peu tout ce qu'il en magasin et je m'aperçois que c'est bien moins cher que dans les boutiques des centre-ville touristiques comme à Grenade !!! et ce qui est sûr c'est que c'est fait artisanalement, puis vaut mieux faire travailler un petit artisan de campagne qu'une grosse boutique à touristes !!! Je lui prend pleins de trucs sympa : assiettes, vase, suspension, applique murale, ... le tout pour : 44€ !!! Bordel mais c'est énorme, c'est quasiment donné !!!! Par contre il ne prend pas la carte bleue mais j'ai juste assez de monnaie pour le payer en cash. Je quitte mon cher Muñoz à 09h30 et direction ... Saint Martial !!!! bon je trouve pas le panneau Saint Martial mais bon je suis sûr qu'il faut tirer vers le nord, alors !!! Je quitte la région d'Andalousie avec une petite pointe de tristesse car je me suis vraiment régalé ici pendant 3 semaines, alors ... merci pour tout Andalousie !!!!!!!!!!! Je passe le défilé de Despeñaperros sans encombre, couvert mais aucune trace de pluie, vent froid, neige ou brouillard, ... enfin pas les conditions climatiques de l'aller ...

    Et plus je tire vers le nord, plus le soleil tente quelques percées, ce qui est de bonne augure pour la suite des évènements. La route me semble bien moins longue à supporter par rapport à l'aller, surtout entre Despeñaperros et Tolède.

    11h45, je prends de l'essence à Puerto Lapice, les pompistes de chez Repsol sont vraiment pros : le type me fait le plein, me lave le pare-brise impacté par un escadron de moustiques suicidaires !!! je lui laisse 1€ de pourboire, hyper sympa il me demande des news du temps en Andalousie. Je fais donc une petite pose à la station afin de souffler un peu et me dégourdir les guibolles. 11°C, je prends la direction de Tolède et je m'arrête dans un champs à 13h00 pour casser la croute,

    le portable bipe : c'est mon entraineur qui me dit qu'il n'y a pas moyen, faut que je rentre au plus vite car on joue demain un gros derby contre Saint Macaire et il faut absolument que je sois là pour 15h30 demain !!! Il est branque !!!!! "Non mais José tu sais où je suis en ce moment ???????" je suis fracassé du voyage et il veut me faire jouer, bordel ils ont bien fait sans moi pendant 3 semaines ? personne n'est indispensable non ? enfin bref je vais faire mon possible mais je ne lui garantit rien sur ma présence au coup d'envoi, j'aime le foot mais quand même ... J'arrive à Tolède à 14h00, beau temps, 17°C, j'entre en ville par 3 très belles portes d'inspiration arabe, en fait c'est toute la ville qui est tintée de la culture arabe !!! et en plus elle a sû garder ce cachet moyenâgeux. par contre c'est la ville à "2,30€" car n'importe quel édifice a son entrée payante à tarif unique : 2,30€ !!! faut pas déconner. J'approuve totalement le classement au patrimoine mondiale de l'UNESCO, comparé à Ubeda hier, y'a pas photo, je ne suis vraiment pas déçus et ne regrette pas de m'y être arrêté un peu de temps. Entre les églises typiquement mudéjares, les remparts, l'alcazar, la vue sur le Tage, ... non vraiment bien cool.

    En retournant au parking, j'attrape un moucheron dans l'oeil, ça me fait un mal atroce !!! je pers toutes les larmes de mon corps !!! c'est fou cette réaction oculaire, 1ère voiture croisée j'utilise le rétro et mon mouchoir pour me l'enlever, je n'y tiens plus. 16h00 direction Madrid, bon j'ai le choix entre aller tout droit et je traverse la capitale par le centre ou j'emprunte la rocade par l'ouest, ce sera la rocade. je quitte Madrid à 17h30 , direction Burgos, je trouve encore de la neige sur les sommets de la sierra de Guadarrama, je passe le col de Somosierra par temps clair et découvert avec un gros 08°C, tout le contraire d'il y a 3 semaines où j'avais subit une tempête de neige. Je reconnais l'endroit où je m'étais arrêté quand il neigeait si fort : l'aire de repos de Honrubia. Il est trop tard pour visiter Ségovie, ça sera pour la prochaine fois. Burgos, je prends la N1 et un gros nuage devant moi avec la forme d'un champignon atomique, ça serait pas la centrale nucléaire inachevée d' Armintza-Lemoniz qui aurait été plastiquée par l'ETA ? ou celle de Garoña qui aurait dû être fermée depuis longtemps ? non pas possible je n'ose pas imaginer une de ces possibilités.

    Puis quelques dizaines de kilomètres après, un panneau dit que l'autoroute à péage est gratuite jusqu'à Vitoria, j'hésite puis je m'engage on verra bien, mais j'ai plus un brin de monnaie sur moi si jamais je devais payer. J'arrive vers Vitoria sous une pluie battante et effectivement le péage est bien gratuit : je donne mon ticket d'autoroute et 0€ !! c'est tout bon ça !!!

    La nuit commence à tomber, peu de nuages, ciel étoilé, j'aime pas trop ça rouler de nuit en plus avec la fatigue, ça va pas le faire.

    Je préfère m'arrêter dans un petit bled du Pays Basque pour monter la tente et récupérer plutôt que de prendre des risques pour arriver plus tôt demain. Peu avant Saint Sébastien, je tourne sur un petit village : Aduna, de nuit c'est pas évidant de trouver un bon coin. à la sortie du bourg il y a une petite chapelle avec un espace enherbé, 22h00. Un type promène son chien, je lui demande si ça fait rien si je m'installe sur le plaçot, pas de problème d'après lui. La tente a un peu séchée dans la 206 aujourd'hui,j'ai le ménisque du genou en feu !!! et la hanche droite déglinguée, je boite terrible !!! Je m'installe à la lumière d'un candélabre sur un des bancs, tel un clodo pour becter : bouillon, omelette, nouilles, chorizo, gâteau.

    Je fais fondre en partie la poignée en plastique dur sur le couvercle de la gamelle. Il est 23h30, je finis d'écrire le carnet de voyage, je vais pas tarder à aller au pieu. Je suis totalement en vrac, ... et je joue au foot demain, ... pourquoi ça arrive qu'à moi ce genre de choses ... Oinnnnnn !!!!