le trajet d'aujourd'hui : Killarney, le Kerry, île de Valencia.


  • Matin ensoleillé comme on les aime. Nous nous levons assez tard, style 09h30. On ne voit plus rien de la terrible averse d’hier soir, ce mati on va se prendre le petit dèj dehors, les ampoules de Christophe sont toujours aussi douloureuses. J’espère que ça ne va pas l’empêcher de se promener aujourd’hui, même pour conduire, je lui propose de tester la conduite à gauche : même avec une jambe en moins il préfère conduire que de me laisser la place au volant, c’est beau la confiance entre potes !!! En tout cas ces pieds on vraiment vilaine allure. On part pour la journée à 10h00, en optant bien sûr pour l’anneau du Kerry version sans des aiguilles d’une montre comme préconisé dans e guide vert afin d’éviter de suivre les bus. C’est une des routes touristiques les plus connues au monde, pourtant je trouve qu’il n’y a pas beaucoup de circulation. On parle souvent de l’anneau du Kerry pour nommer cette péninsule mais c’est inexact c’est la péninsule d’Iveragh le vrai nom. On part donc de Killarney direction Kenmare et Sneem, en s’arrêtant au point de vue « Ladies view » on a une vue saisissante sur la campagne environnante surplombant le Upper Lake.

    Jusqu’à Sneem la côte est très déchiquetée, sauvage les parcelles agricoles sont rares.

    Nous atteignons le fort Staigue, il n’y a personne

    c’est l’endroit idéal pour manger un peu, ce fort a 1700 ans, c’est un fort circulaire en pierre sèche, les murs font 5m de haut pour 4m de large et 27m de diamètre, autant dire qu’il n’est pas près de tomber même sans mortier !!

    Malgré ses pieds douloureux Christophe et moi montons un peu dans le prés au dessus du fort et on s’installe sur l’herbe pour manger, je glisse au moment de sauter le fossé et hop !! Le pied trempé…

    le saumon en boite va vite être ingurgité pour repartir sur notre route. C’est fou aussi tous les fushias qui bordent les routes du pays, ils sont immenses toute la campagne est colonisée par cette plante, mais il faut bien avouer que c’est bien sympa les bords de routes fleuris.

    On se pose une question : pourquoi dans ces haies de fushias il y a une trouée longitudinale tout le long des haies parallèle à la route, et cela partout sur touts les routes ? Et bien c’est quand 2 véhicules se croisent, c’est le passage des rétroviseurs dans les haies qui fait ça !!! De Staigue fort jusqu’à Portmagee la côte est de toute beauté, entre les différents bleus azures de l’océan, les différents verts des prairies, les petits murets de pierre sèche, c’est fascinant, quel régal pour les yeux.

    En arrivant en haut de la colline en face de l’île de Valencia,

    une nappe de brouillard se déplace avec le vent nous sommes au sommet des falaises qui se relèvent à notre gauche, le petit village de Portmagee tout en bas et l’île de Valencia en face de nous.

    Nous allons sur l’île de Valencia, s’égarer dans la nature, en bout de route qui se termine en cul de sac un long chemin gravé mène à la pointe de Bray à l’extrémité ouest de l’île. Chris est assez septique sur ses possibilités à marcher jusqu’en haut. Je l’encourage comme je peux à me suivre mais la douleur est trop forte il est obligé de faire demi tour au bout de 5min, mon pauvre Chris que tu dois avoir mal … il me confie son caméscope numérique et retourne à la voiture. Je pars donc tout seul sur ce long chemin rectiligne pendant près de 2 heures,

    le paysage s’agrandit au fur et à mesure que j’avance m’offrant des vues superbes des falaises de la côte de la péninsule en face, sur le long bras de mer de Portmagee, sur les îles Skellig et enfin sur les falaises escarpées au bout de l’île.

    Encore un très beau moment de ce voyage, je regrette tellement que Christophe ne puisse pas marcher, il faut absolument qu’il guérisse au plus vite. Tout en haut des falaises quelques moutons la truffe au vent son couchés dans l’herbe paisiblement.

    Je resterai là toute la soirée devant ce temps radieux mais Chris doit déjà trouver le temps long à la voiture, je m’en reviens.

    Il est 17h00, Christophe m’attend tranquillement à la voiture, j’évite de lui dire que ça valait vraiment le coup d’œil pour ne pas lui mettre encore plus la quinte !! Nous quittons Portmagee et passons sur la côte nord de la péninsule. Nous arrivons au château de Ballycarbery (15e s.) dévasté par … Cromwell en 1615.

    On a l’impression que ce château ne tient debout uniquement grâce au lierre !! Les paysages sont toujours aussi magiques,

    et chose importante il n’y a pas grand monde aujourd’hui sur la route, on a croisé 2 ou3 bus et quelques voitures, c’est vraiment le pied (pas pour Chris …) !!! Retour tranquille dans la soirée vers 20h00 au camping, des voisins se sont installés à côté de nous mais il n’y a personne, on ne pourra pas faire connaissance. J’ai une faim de loup, Christophe fait péter un paquet de nouilles pour ce soir, façon de bien se caler la brioche.