04 avril 09

le trajet d'aujourd'hui : Zahora, cap de Trafalgar, Barbate, Tarifa, Algeciras, Gibraltar, Castillo de Castellar.


  • La nuit n'a pas été trop mauvaise, plutôt bonne même. Me lève à 08h00, une meute de coqs me réveillent, c'est pas des coqs français en tout cas, vu la pelée qu'on a pris ici y'a 200 ans !!! Bordel j'ai le prix du camping encore en travers de la gorge malgré toutes les installations (aire lavage de voiture, picine, sanitaires nickels, tout automatique), on est 2 tentes dans le camping et il est pas possible de rentrer sa voiture, ça me met en rogne !!! Je dois avoir des futés à côté, ils ont monté leur double toit de tente à l'envers. Il fait 12°C, 09h15 je décolle avec un grand ciel bleu, à 2km de là le Cap de Trafalgar, inutile de refaire l'histoire, ce jour là on aurait mieux fait de rester au lit bien au chaud. Le ridicule ne tue pas, heureusement (le 21 octobre 1805, il a pourtant tué beaucoup de monde ...) Villeneuve en fin tacticien, nous a fait passé pour des charlots avec une bataille qui devait être gagnée d'avance, c'est tout français ça !!!! Le site en lui même est des plus classique, il faut s'imaginer au large une 60ène de vaisseaux se canardant à tout va, un panneau explicatif du désastre se trouve derrière le phare : je trouve que les espagnols sont un peu gonflés dans leurs explications de cette bataille, on dirait qu'il n'y a que les français qui ont perdu ce jour là, faudrait pas qu'ils oublient qu'ils avaient la moitié de la flotte alliée et qu'eux aussi se sont fait pelé la gueule par les rosbifs de Nelson ... Bref ...

    Je m'arrête aux marais de Barbate pour faire un petit bout de chemin de rando dans la zone humide. je vois quelques oiseaux et pas mal de vaches !!! j'en profite pour révise la botanique (que j'ai pas mal perdu), je dois même rebrousser chemin car le sentier est inondé.

    Le soleil tape bien, il est 12h30 quand je reviens à la 206. A Facinas, je traverse un immense champs d'éoliennes, à faire rager Don Quichotte !!! des champs d'éoliennes et panneaux solaires y'en a partout en Espagne, simple volonté politique, nous en France on est toujours en retard d'une guerre, on a belle mine de donner des leçons d'écologie au monde entier ...

    Me voilà à Tarifa, la ville de Tarif Bin Malik, c'est le point le plus meridonial du contient européen, très renommé pour ces vents continus qui ont rendu célèbre la région au plus grand bonheur des amateurs de planche à voile. Evidement aujourd'hui le vent à dû se perdre en route, y'a pas plus calme. Ça m'aurai bien plus d'aller sur la presqu'île de Tarifa pour être vraiment à la pointe extrême sud mais c'est une réserve militaire.

    La route en corniche devient superbe jusqu'à Algeciras, des vues magnifiques sur les côtes marocaines et au détour d'un virage je tombe nez à nez avec le fameux "rocher", un gros cailloux qui se détache de la péninsule.

    C'est bizarre, depuis que je suis arrivé, j'ai pas vu un seul panneau indiquant la direction Gibraltar, je me mets à la place des espagnols (quoique eux aussi ils feraient mieux de donner l'exemple, car si ils demandent régulièrement la rétrocession de Gibraltar, je me doute que les marocains en font de même avec Ceuta et Melilla), enfin des panneaux "direction Gibraltar" à 2 km de la frontière, les espagnols ne veulent sûrement pas faire de publicité à Gibraltar donc si on l'indique le moins possible, les gens s'y rendront moins, enfin je pense que c'est pour ça, en tout cas les panneaux sont dégradés par des jets de peinture qui salissent la direction.

    La frontière est là, la douane aussi "passeport, please ?" ok, et dire que jusqu'en 1985 cette frontière était impossible à passer ...

    Ce bout de terre est chargé d'histoire : occupé par l'Homme de Neandertal, puis Hercule dans la mythologie grecque y érigea ses fameuses colonnes, au début du VII siècle le rocher fut conquis par les arabes, et reconquis par Ferdiand V en 1462, les anglais s'en emparèrent le 25 août 1704, et la présence anglaise fut reconnue par les espagnols en 1713 par le Traité d'Utrecht, donnant cédant "à perpétuité" le rocher aux britanniques. Franco ferma la frontière en 1966 pour la re-ouvrir en 1985. Me voilà au Royaume-Uni, enfin je vais pouvoir me faire comprendre !!!

    Effectivement tout ressemble à une ville anglaise : les roundabount, main street, la Royal Bank of Scotland, Marks & Spencer, l'Union Jack, les bobbys, les poubelles, les cabines téléphoniques, le Victoria Stadium... tout quoi !!!

    Un seul truc différe de l'Angleterre, c'est qu'ils roulent à droite.

    Le premier truc à faire car j'ai pas mangé, je vais me taper un bon "fish & chips" bien gras (petite pensée à Paskal en Irlande) comme je les aime !!!! Ils acceptent l'€uro, c'est pas si mal. Je remarque aussi qu'il y a une grosse communauté juive ici, donc il doit y avoir de l'argent dans les parages (simple boutade), d'ailleurs c'est pas un paradis fiscal, Gibraltar ? Je quitte Main Street pour des petits chemins à flan de rocher parmi la folle végétation

    et bien sûr avec qui je me retrouve nez à nez ? non pas Elisabeth II ... mais de valeureux sujets de sa majesté britannique, les fameux singes !!! Ce sont les seuls singes sauvages d'Europe, des macaques berbères. Les voilà les monkeys, étonnamment intelligents et agiles, y'en a un qui entre dans une voiture par la fenêtre pour piquer un paquet de gâteaux, quel culot !!! Je reste fasciné par ces singes, rien ne leur fait peur, ils sont chez eux.

    Je redescend dans la ville par les petits chemins, c'est que du bonheur, j'étais perplexe avant de venir ici et bien je suis agréablement surpris, l'Angleterre avec une touche méditerranéenne, c'est excellent, nottament au niveau de l'architecture.

    Je croise aussi beaucoup d'espagnols car tout est détaxé ici, d'ailleurs les 3/4 des magasins sont des boutiques vendant de l'alcool, du tabac et le dernier 1/4 des magasins sont du luxe. les anglais vont en France car c'est moins cher, les français vont en Espagne car c'est moins cher, les espagnols vont en Angleterre car c'est moins cher, c'est le serpent qui se mord la queue !!! J'entre dans une église qui prépare rameau (demain) et je discute avec un type qui m'explique qu'ici en territoire britannique, ce sont des églises catholiques en majorité et non pas l'église anglicane comme on pourrait le penser.

    Bon ça va j'ai rien perdu de mon anglais foudroyant !! Quelle soif, j'entre dans un pub, je vais me prendre une pression, je commande et la patronne m'annonce le prix : 4 livres-sterling !!!! (4,5€) bordel mais c'est de l'or liquide dans le verre, je m'excuse mais je n'ai que des €uros sur moi, je vais retirer des livres au distributeur du coin, la patronne m'attend encore avec son demi ... La fin de la journée approche je reviens vers la frontière à pied pour rejoindre le parking où je suis garé, il faut traverser à pied la piste d'atterrissage de l'aéroport !! tiens un avion Easyjet qui attérit, je savais pas qu'ils avaient une desserte ici.

    Le parking ne coute vraiment pas cher (2€20 pour l'après-midi) mais j'ai pas de livre-sterling pour le payer, je vais faire de l'échange de monnaie au pub du coin. Salut Gibraltar, pas mécontent d'être venu ici, me revoilà en Espagne et je remonte vers les terres, j'espère que ça va pas être la galère pour trouver un coin pour camper, il fait 26°C à 19h00, à 19h30 je trouve un super endroit juste avant Castillo de Castellar, en fait au bord d'une piste piétonne. 2 cavaliers passent, je fais semblant de lire la carte et je monte aussitôt la tente sous les eucalyptus, j'aère le tout, mais il me semble que les moustiques ne sont pas loin. Prend l'apéro, évidemment je trainasse, à 21h30, pas bien faim avec le "fish & chips" dantesque de tout à l'heure, me fait des nouilles asiatiques et une orange. Pendant le repas un type passe en 4x4, il ne dit rien et des allemands en camping-car passent eux aussi sans me voir, comme quoi y'a pas que moi qui cherche des bons coins pour camper et la nuit tombe plus vite que prévu, je termine donc le repas à la frontale.

    16°C je m'endors vers 23h00, il fait une de ces chaleurs lourdes ...